Découvrez BiTWiiN
Faites confiance à l’expérience! Déjà plus de 1500 prestations effectuées ! Qu’attendez-vous ?
Questions, renseignements ?
Contactez-nous ici !

Premier site en France de service à domicile et de recutement pour séniors actifs:

plomberie, jardinage, baby-sitting, informatique, administration ...

Actualités BiTWiiN.com, Activité à la retraite, Jobs et Emplois pour seniors ...

Pourquoi le principe du cumul emploi-retraite est aberrant ?

L’étude que le gouvernement Fillon réalise sur le cumul emploi-retraite en cette fin de premier semestre 2008 permet de revenir un peu plus en détail sur le fonctionnement de ces lois, que vous pouvez trouver dans notre dossier, et pour moi de réexposer les trois grands défauts qui font que ce système partant d’une bonne initiative (contrôler que certaines personnes ne se mettent pas à la retraite tout en continuant à travailler comme s’ils ne l’étaient pas) est devenu complètement aberrant !

Le Cumul Emploi-Retraite est complexe ! La diversité des régimes de retraite (de base et complémentaire), la quantité de règles qui s’appliquent à sa propre situation personnelle et le fait que l’on puisse à la fois relever de plusieurs systèmes de retraites de base et de retraite complémentaire rendent cette loi compliquée et opaque. Aujourd’hui, les retraités qui veulent reprendre une activité ont beaucoup de mal à savoir si c’est intéressant financièrement et quel format juridique ils doivent choisir.

Le Cumul Emploi-Retraite est inéquitable ! Dans les lois du cumul emploi-retraite, les premiers à être bridés sont les retraités dont les pensions sont modestes. Ainsi, un retraité ayant un dernier salaire de 1300 € et touchant en moyenne une retraite de 900 € ne pourra travailler que pour un montant de 400 € par mois. Les plus riches qui ont un plus grand différentiel entre dernier salaire et retraite peuvent travailler beaucoup plus facilement. Le résultat est simple, un retraité modeste a intérêt à travailler sans être déclaré.

Le Cumul Emploi-Retraite est simpliste ! Le principe de mettre les seniors à la retraite plus vite et de contraindre leur activité à quantité de règles pour donner plus de travail aux jeunes est dépassé. Entre 1981 et 1983, le taux d’emploi des 55-64 ans est passé de 58% à 42%. Loin de doper le marché des jeunes, ces départs plus tôt à la retraite ont fait chuter le taux d’emploi des 16-24 ans de 43% à 38% sur la même période. Le taux d’emploi des jeunes s’explique avant tout par la croissance de l’économie. Lors de pics de croissance, les 16-24 ans sont les premiers à bénéficier des nouvelles embauches.

Luc-Aurélien

Laisser un commentaire

*